Faire plus avec moins : recours à des collaborateurs à temps partagé

Aujourd’hui, avec la crise et la prise de conscience de l’intérêt du développement durable et de la nécessité de faire plus avec moins, on assiste à une vague de fond : de plus en plus de transactions naissent dans l’échange, la location, la mise à disposition, la revente, le recyclage entre particuliers. Le temps partagé ne se décline plus uniquement sur des appartements que l’on possède une semaine à vie, idée qui semblait parfaitement saugrenue dans les années ‘70.

Un exemple : partant de l’idée qu’une voiture personnelle n’est utilisée que quelques heures par semaine, le particulier loue désormais pour quelques euros son véhicule à un autre automobiliste ; Paris et les grandes villes se sont équipées de Vélib, Autolib, fonctionnant sur ce même principe de rentabilisation du matériel par l’utilisation séquentielle à plusieurs.

Le site Bonjouridée.com, par exemple, est une mine d’or en la matière : les start-ups en tous genres y sont mises en avant et les idées les plus folles mais aussi les plus astucieuses, y sont promues ; de même, des mises en relations autrefois improbables sont devenues possibles grâce aux outils de mobilité de type smartphone et autres tablettes. Le site https://www.e-loue.com/ vous donne accès à une foultitude d’objets à posséder à durée limitée ; certains auxquels vous n’auriez pas pensé, avouez !

Dans quelques jours aura lieu une conférence intitulée : « LouerunSenior.com »* ; sous cette accroche un peu cynique, on parle de la même chose : le temps partagé, faire plus avec moins en ayant recours à un spécialiste uniquement le temps nécessaire.

Qu’est-ce que le temps partagé ?

Imaginons une entreprise qui soit encore jeune et qui regroupe une poignée de salariés. Ou tout simplement une petite entreprise comme nous en avons plus de 3 millions en France puisqu’elles représentent plus de 99% du tissu économique. Le cœur de métier de cette petite entité est la production d’un bien ou d’un service, et ses collaborateurs sont donc ceux qui conçoivent et développent le produit et ceux qui le vendent. Il n’y a pas beaucoup de place pour les fonctions support. Si l’on souhaite avoir recours à une aide administrative, la première personne à intégrer l’équipe sera probablement un ou une secrétaire, Shiva des temps modernes. Les autres fonctions support sont externalisées : comptabilité, ressources documentaires, informatique, marketing …

Or l’entreprise, en externalisant, perd un peu de sa maîtrise sur son activité ; elle court le risque que certaines informations fassent l’objet de fuites ; un temps de réaction sera nécessaire entre la demande/le besoin et la réponse. Ce temps peut parfois être incompatible avec une urgence ou un imprévu.

Une solution : avoir recours à un collaborateur à temps partagé. Recruter en temps partagé, c’est un peu  comme recourir à une location : plutôt que de recruter la personne à plein temps, cette personne est liée à l’entreprise pour quelques heures par jour, par semaine, par mois … ou pour une mission bien définie. C’est nécessaire et c’est suffisant.

–          Nécessaire, parce qu’il vaut mieux conserver un regard sur tout ce qui se passe en entreprise

–          Suffisant parce que l’organisation est (encore) petite et qu’elle n’a pas les mêmes besoins qu’une société un peu plus importante en quantité. MAIS il est souhaitable qu’elle s’entoure de gens de qualité desquels elle peut légitimement attendre un résultat.

Prenons un exemple précis : celui de la gestion des ressources humaines et de la gestion des talents. Une petite entreprise va confier à son comptable les contrats de travail, les bulletins de salaire, les déclarations obligatoires.

Illustration "Moi, Moche et Méchant", G**gle

Illustration « Moi, Moche et Méchant », G**gle

Et puis un jour, un salarié a un accident du travail.

L’organisation grandit et un petit groupe de collaborateurs émet l’idée d’organiser des élections des délégués du personnel.

L’Inspecteur du Travail passe et constate un certain nombre de manquements aux affichages, aux formalités obligatoires. Et promet de revenir sous quinzaine.

La qualité de vie au travail semble plutôt bonne, pourtant on s’aperçoit que l’un ou l’autre, de temps en temps, souhaiterait s’exprimer ; ce qu’il ne peut faire avec son manager ou le dirigeant.

Deux ou trois collaborateurs, les meilleurs, démissionnent et partent à la concurrence.

Petit à petit, des questions émergent : avons-nous droit à des formations ? Comment ça marche ? Et puis sur le bulletin de paye, j’ai beau calculer, je ne trouve pas comment on passe du net imposable au net à payer. Et puis et puis …

C’est là l’intérêt d’avoir un responsable RH en interne. C’est quelqu’un qui répond aux questions. Qui tisse du lien. Qui donne du sens. Qui prend en charge aussi bien le quotidien, le terrain, que des sujets plus « stratégiques » tels que l’élaboration de la politique des congés, le dialogue individuel et collectif, la rétention des talents, le développement des compétences.  La vie de l’entreprise.

Pour que la petite entreprise, la TPE, la start-up, la petite pousse prometteuse qui sort de sa couveuse puisse bénéficier des mêmes chances que l’entreprise déjà bien installée sans supporter des coûts qui ne lui sont pas accessibles, des hommes et des  femmes exercent leur métier à temps partagé. C’est simple, c’est modulable. Quand ce salarié hors normes est présent, il est naturellement sous la subordination de l’entreprise, il s’y comporte comme tout collaborateur. Pendant qu’elle n’est pas là, la personne mutualise ses compétences, augmente ses sources d’apprentissage, pour le plus grand bénéfice de tous ses employeurs.

Alors, vous êtes convaincu ? Vous souhaitez faire un essai ?

Pour plus d’information :

http://www.ugef.fr/spip.php?rubrique75
et :
http://www.annelecrivainrh.wordpress.com

* Conférence louerunsenior.com : Mardi 11 Mars 2014 de 18H à 20H organisée par l’A2MT et Allianz.
Siège Allianz France – 87 Rue de Richelieu, Paris 2ème

** La France compte 3,2 millions de PME, soit 99,9% des entreprises (chiffres 2010). Elles représentent 52% de l’emploi salarié. Elles réalisent 38% du chiffre d’affaires, 49% de la valeur ajoutée et 43% de l’investissement
(source : http://www.economie.gouv.fr/cedef/chiffres-cles-des-pme)

Une réflexion sur “Faire plus avec moins : recours à des collaborateurs à temps partagé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s